Pourquoi la fusion avec Dunkerque n'est qu'une vaste fumisterie (extrait du livre "Un Grand-Synthois vous parle")

Fusion de communes

Il existe plus de 36.000 communes en France. Par cet émiettement territorial, la France est une exception par rapport à ses voisins. Les Français sont attachés à leurs communes qui sont les plus vieilles personnalités morales du pays. Cela fait partie de l’identité de notre territoire. L’intercommunalité consiste au partage de compétences entre plusieurs communes à différents degrés d’intégration avec une personnalité propre et distincte de la commune et une fiscalité propre. L’interco, comme on l’appelle souvent, se généralise partout en France. il y a différentes intercommunalités selon le Code Général des Collectivités Territoriales : La communauté de communes (aucune condition de population n'est exigée), la communauté d'agglomération (ensemble de plus de 50.000 habitants d'un seul tenant et sans enclave autour d'une ou plusieurs communes centre de plus de 15.000 habitants) et la communauté urbaine (regroupe plusieurs communes d'un seul tenant et sans enclave qui forme, à la date de sa création, un ensemble de plus de 500.000 habitants). Il existe actuellement 16 communautés urbaines en France dont la nôtre. Notre littoral dunkerquois a été en avance sur son temps en créant la communauté urbaine en 1968 ce qui lui a permis de bénéficier de ce statut, la forme la plus intégrée des intercommunalités françaises même si, avec nos 200.000 habitants, nous sommes loin du seuil des 500.000 habitants, seuil nécessaire à sa création. Nous faisons partie des exceptions. La Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD) est la plus riche de France aujourd’hui et est compétente dans la gestion de bon nombre de services publics qui ne sont plus à la charge de notre ville : le transport, l’assainissement de l’eau, le traitement des déchets, les routes, la politique du logement social etc. Voilà pourquoi je m’oppose au Grand Dunkerque de Michel Delebarre qui aimerait bien fusionner Dunkerque avec Grande-Synthe et d’autres villes pour avoir plus de dotations de l’État pour faire la même chose mais avec une prise de décision limitée à quelques personnalités dunkerquoises avec tout ce que cela implique comme déséquilibre en matière d’investissements pour nos quartiers. Avec la fusion de Dunkerque-Saint-Pol-sur-Mer-Fort-Mardyck, le Grand Dunkerque a gagné environ 25.000 habitants de plus et devient ainsi presque majoritaire au conseil communautaire créant ainsi un déséquilibre des pouvoirs au sein de la communauté urbaine. On le voit, c’est tout l’Ouest dunkerquois qui est perdant et qui n’arrive pas à défendre ses intérêts face à un Dunkerque-centre tout puissant. Un basculement de majorité à Grande-Synthe, troisième ville de la CUD, peut aider à un changement significatif des règles du jeu à la CUD, principal lieu des décisions qui concernent nos concitoyens.

En 2014, les habitants pourront élire directement les conseillers communautaires qui siègeront à la CUD et c’est une véritable avancée démocratique de la loi du 16 décembre 2010. Oui à l’interco qui est une réponse à la crise des moyens mais non à un Grand Dunkerque qui n’est que le doublon de la CUD. Fusionner des villes pour faire la même chose que la CUD à quoi cela sert-il ? Nous devons faire de Grande-Synthe la deuxième ville du littoral dunkerquois et peser avec les villes de l’ouest sur les choix de la CUD au lieu de choisir la chaise vide quand on n’est pas d’accord comme c’est le cas actuellement.

Retour à l'accueil