Mme Delbeke comme tous les autres candidats, dès que je dénonce certaines dérives comme le détournement de 30.000€ à la régie de Quartier (2011), l'affaire des doubles emplois illégaux en mairie (qui m'a valu l'incendie de mon véhicule en 2010), l'affaire de prise illégale d'intérêts à l'association Côté Quartiers (2013), l'affaire des fichiers du CCAS avec nos données privatives accessibles par n'importe qui (2014), l'agression de notre élu Jean-Claude Aubrun par l'adjoint du maire sortant (2013), l'affaire de la vente de terrains à une société commerciale qui n'existe pas (2008), le scandale de la piscine, la vente illégale de 15 hectares à Immochan, et j'en passe, on m'attaque sur mes origines. Je n'ai jamais caché mes origines, j'en ai parlé dans mon livre Un Grand-Synthois vous parle publié en novembre 2013 et disponible sur Internet en cliquant sur ce lien.

Alors qui sont mes soutiens Mme Delbeke puisque vous voulez le savoir, ce sont des Français comme vous de tous horizons animés par l'amour de leur ville et attachés au respect des lois et des valeurs de la République (cliquez ici) que vous piétinez constamment en moins de 4 mois de campagne. Venue de nulle part et poussée par on ne sait qui vous disparaîtrez dans la nature comme votre papillon au lendemain des élections comme tous les parasites qu'on ne voit jamais pendant 6 ans, qui réapparaissent la veille des élections pour disparaître aussi après.

Vous m’attaquez sur mes origines comme si les autres candidats de votre liste ou des listes concurrentes n’avaient pas d’origine. Vous m'attaquez tout simplement parce que j’ai demandé à Monsieur le Maire d’assurer la sécurité d’une résidence pour personnes âgées médicalisée (l’EPHAD) Zélie Quenton dans laquelle vous vous êtes introduites à deux reprises pour faire campagne électorale sans autorisation. Et autorisation il ne pouvait y avoir car cela est interdit par le code électoral. Vous, comme d’autres candidats avait fait le choix de vous présenter à ces élections mais vous semblez ignorer qu’il y a des règles électorales à respecter notamment en matière de financements de campagne électorale. On ne peut pas faire ce que l’on veut.

J’étais obligé de dénoncer cette dérive en tant que Républicain respectueux des lois et valeurs de la République, d’une part, et d’élu que je suis par ailleurs. La sécurité des établissements publics n’est pas un jeu.

Votre attaque ne nous atteint pas, quand je dis « nous », je parle de notre équipe de 35 personnes dont 6 élus sortants. Nous sommes une équipe et pas 35 prête-noms. Nous déposerons une plainte collective pour diffamation publique et atteinte à la dignité des personnes. Les autres candidats ne condamneront pas encore une fois ces dérives dont l'objectif est de faire réélire le maire sortant.

Féthi RIAH

Tête de la liste "Avec Vous Voir Grande-Synthe En Grand !"

Qui sont mes soutiens ?
Retour à l'accueil