Nous sommes contents que le maire nous rejoigne dans l'idée de commémorer cette nuit du 15 au 16 septembre où le destin du petit village flamand que fut Grande-Synthe a basculé dans le pire. Depuis des années, nous espérons que le 15 septembre soit la date d'une commémoration locale officielle comme nous le défendions dans notre programme. Damien Carême a entendu une partie de notre appel et à 18h ce 15 septembre 2014, pour une fois il y aura une commémoration à la Stèle du Souvenir de l'Ancien Village face à la Maison des Associations, devant la stèle de l'enfant qui pleure la destruction du village. La cérémonie sera suivie d'un pot d'honneur à la Maison Communale et à 21h30 il y a aura un feu d'artifices (même si je pense que c'est une dépense inutile en période de crise, ces dizaines de milliers d'euros devraient aider les gens à s'insérer socialement, ou ou permettre l'aide des plus démunis ou encore réduire nos impôts locaux en évitant les dépenses inutiles pour rendre du pouvoir d'achat aux habitants). Je vous laisse à la lecture de ce petit extrait de mon livre "un Grand-Syntjois, vous parle", qui revient sur cette épisode.

 

Chapitre 2 Grande-Synthe, rayé de la carte

« Grande-Synthe ! Grande-Synthe outragée! Grande-Synthe brisée ! Grande-Synthe martyrisée ! Mais Grande-Synthe libérée ! » Pourrait-on dire !

La libération de Dunkerque et notamment de Grande-Synthe par les alliés, si elle était un soulagement pour les habitants, fut tragique. Le paisible village de Grande-Synthe fut tout simplement rasé de la carte. C’est sous les décombres, que le Général de Gaulle, en visite à Dunkerque lui rendra un vibrant hommage le 12 août 1945. Grande-Synthe, avait été le théâtre d’atroces combats pour la défense du port de Dunkerque et pour la libération de la France. Ces combats culmineront jusqu’à cette triste nuit du 15 septembre 1944 qui a donné le nom à une rue de Grande-Synthe dans le quartier du Courghain face à la polyclinique. En ce mois de septembre 1944, les alliés arrivèrent en Flandre française libérant petit à petit ses villes. Dunkerque fut assiégée et Grande-Synthe à la merci des Allemands. En cette nuit du 15 septembre 1944 à 22h00, les Allemands décidèrent de dynamiter l’église Saint-Jacques, avec les habitants à l’intérieur. L’église se trouvait à l’époque dans notre ancien cimetière de l’avenue de l’Ancien village. Mme Augusta Fonteyne, réussit à empêcher le massacre en sauvant la vie d’environ 110 habitants du petit village. Après avoir laissé les habitants quitter la ville, les Allemands dynamitèrent toutes les maisons de l’actuelle avenue de l’Ancien Village, le cœur historique de notre ville. C’est pour son courage et son esprit d’abnégation, que le Général de Gaulle, remettra à notre ville la Croix de Guerre avec étoile de bronze le 10 Août 1946.

Non loin de l’ancien village, se trouvait la cité des Deux-Synthe, qui existe toujours. Cette cité ouvrière logeait les travailleurs de l’usine Carel et Fouché, usine qui fermera ses portes en avril 1971. Cette cité fut baptisée les Deux-Synthe car l’Usine se trouvait à Petite-Synthe et les ouvriers venaient de Grande-Synthe, d’où le nom les Deux-Synthe même si ce quartier, qui date du lendemain de la première guerre mondiale, était rattaché administrativement à notre ville. Donc au lendemain de la libération, Grande-Synthe c’est essentiellement deux quartiers, ce qu’on appelle actuellement le quartier Saint-Jacques, formé autour de l’ancien village et les Deux-Synthe, la cité ouvrière.

Grande-Synthe est détruite la nuit du 15 au 16 septembre 1944
Retour à l'accueil