Avec 750 fonctionnaires (plus de 1000 salariés si on y ajoute les contractuels), soit une masse salariale du double, voire du triple d'une commune de la même strate, Damien Carême fait encore appel à des organismes extérieurs pour faire des choses que le personnel pourrait faire. Réponse du maire : le personnel n'est pas compétent, ah bon ?!!!!! Quel mépris !


S'il pensait à recruter davantage par concours et à former le personnel, on en arriverait pas là, au lieu de cela il recrute ses amis avec des salaires de 5000€ pour quel résultat? Hier, on a encore voté plus de 30.000€, et ce ne sont que des prévisions, pour confier à un organisme la gestion de nos archives communales. Ce sont des centaines de milliers d'euros gaspillés que l'on pourrait économiser si on faisait traiter certains dossiers par le personnel communal, imposant, dans notre commune. Mais il faut bien que le maire recrute ses amis...


Autre exemple d'affaires communales externalisées: pour faire l'analyse des besoins sociaux qui est obligatoire depuis 1995 pour permettre aux responsables du CCAS d'avoir une photographie sociale de la ville, on a aussi fait appel à un organisme extérieur alors que toutes les communes de France font cette analyse en interne en recrutant des gens compétents dans le domaine social. Dans une ville où la précarité sévit, comme à Grande-Synthe, avec un taux de chômage de plus du double du niveau national, avec 70% de logements sociaux etc. le maire devrait recruter des administrateurs compétents pour gérer le CCAS au lieu de recruter les petits copains très chers. Au final comme Damien Carême ne fait jamais d'analyse des besoins sociaux, il navigue à vu alors hier on a voté une subvention complémentaire exceptionnelle pour le CCAS : 300.000€ sans savoir à quoi correspondait cette somme. Cela voudrait dire que la précarité aurait augmenté de manière considérable en 3 mois et que le Damien Carême n'a rien vu arriver ou bien qu'on a jamais aidé les gens dans le besoin et que la subvention annuelle de plus de 800.000€ n'était pas suffisante depuis des années. Cela montre le mépris de la majorité pour les habitants en difficultés et la légèreté avec laquelle Damien Carême joue avec les deniers publics, à savoir nos impôts.

Le mépris de Damien Carême pour les gens dans la précarité
Retour à l'accueil