Ne pouvant être présent au conseil municipal de ce soir qui doit être en train de se terminer, j'ai demandé à mon ami Jean-Claude AUBRUN, qui me représente ce soir de bien vouloir faire la déclaration suivante lors du débat d'orientation budgétaire, que beaucoup appelle le DOB. Bonne lecture.

 

Monsieur le Maire je voudrais faire une déclaration de M. Féthi RIAH concernant le Débat d’Orientation Budgétaire à l’ordre du jour de ce conseil municipal. Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les élus, chers habitants, chers citoyens. Le vote du budget est l'un des principaux actes administratifs votés par notre assemblée car il conditionne l'action des collectivités locales. Le débat d'orientation budgétaire en constitue la première étape. Avec mes collègues du groupe Avec vous la Ville autrement, nous prenons acte que pour la deuxième année vous nous ayez invités à la présentation du cabinet Klopfer du mardi 14 février 2012 sur l'état de nos finances locales et nous vous en remercions. Je note que cette année nous avons eu droit de la part du cabinet Klopfer à un discours lagardien, une sorte de "tout va bien Monsieur le Marquis". Mais, la réalité est là et la ville ne pourra continuer comme vous l'avez fait depuis 10 ans avec nos finances. Chaque année le cabinet Klopfer nous ressort son "effet ciseaux", à savoir que nos dépenses augmentent plus vite que nos recettes et il a raison. Notre priorité doit être de réduire nos dépenses de fonctionnement pour financer nos investissements et à avoir une épargne conséquente pour augmenter notre capacité de désendettement et à terme sortir de cet effet ciseau. Il n'y aura pas de miracle que se soit au niveau national ou à l'échelon local. En dix ans de mandat, notre capacité de désendettement est passée de 2,5 années à 3,6. Et cette réalité risque de se dégrader si l'on en croit les deux scénarii proposés par le cabinet Klopfer que se soit à moyen terme pour l'un ou à long terme pour "autre. Vous n'avez cesse de répéter à la fin de la présentation du cabinet Klopfer qu'il n'y avait pas de visibilité à long terme et je pense que cela est valable pour toutes les collectivités locales. Mais localement nous avons encore moins une vision de votre action. 2010 a été le record de cette décennie en matière d'investissement, ce qui a participé à l'augmentation sérieuse de notre dette sachant que depuis 2008 et le lancement de la réforme territoriale, le financement des collectivités locales et leur autonomie financière était déjà remise en cause. Alors on ne peut se cacher derrière l'état quand tout va mal pour se dédouaner de ses responsabilités et quand tout va bien dire "nous gérons bien". Ce débat doit nous permettre de connaitre les choix les choix effectués par la majorité mais chaque année ses choix ne sont pas clairs et on ne sait pas où va. Il faut vraiment se décider à suivre un cap et le suivre. Il ne faudrait pas que l’effet ciseau se transforme ne effet papillon. Par ailleurs, j'attire aussi votre attention sur la situation critique des finances de la polyclinique dont nous nous sommes prêtés garant pour ses emprunts bancaires. Votre majorité a déjà supprimé plusieurs services publics tel le réseau câblé offert à Numéricâble sans mise ne concurrence, la fin de la résidence pour personnes âgées RPA Guillain, la vente des terrains et des équipements de loisirs à Immochan, la fermeture de l'école Jules Ferry et maintenant nous risquons de perdre la polyclinique que vous vous êtes engagé à être le sauveur lors de votre élection de 2001 et que vous présidez depuis, ce qui engage votre responsabilité. Jusqu'où irez dans le démembrement de nos services publics !

A part cela tout va bien le Marquis !


Retour à l'accueil