Chères Fort-Mardyckoises, chers Fort-Mardyckois


Pendant qu’un vent de liberté souffle de l’autre côté de la méditerranée,  on veut nous imposer, ici, en FRANCE, dans la Patrie des droits de l’homme, la loi du silence, celle du plus fort. Fort-Mardyck, n’est plus. Et le citoyen n’a pas eu son mot à dire. En l’occurrence, M. RAGAZZO est passé en force avec cette fusion  anti-démocratique et on voudrait nous faire taire sur ce sujet d’une telle importance !


Comment faire confiance à une personne qui a été élue pendant 20 ans et qui en retour n’a  pas tenu ses promesses. Voilà ce qu’il nous déclarait dans son programme de campagne de 1989 : «Fort-Mardyck ni à Dunkerque ni à d’autres : Fort-Mardyck ne s’est pas modernisée au prix de tant d’efforts pour aller s’offrir à d’autres. Notre ville est capable de faire face à son destin sans perdre son âme.  (...) Fière de son histoire et de son originalité Fort-Mardyck ne fusionnera jamais ni avec Dunkerque ni avec une quelconque autre ville. Fort-Mardyck restera toujours Fort-Mardyck».


propagande ragazzo2004-vdnEn 2004, il déclarait que la fusion était inéluctable car les finances de la ville «était arrivée au bout de ses capacités en terme d’investissement et de fonctionnement». Et Pourtant, Fort-Mardyck n’est pas tombé en faillite ces 7 dernières années sans la fusion. C’est l’absence de bonne gestion qui a poussé le maire à donner sa commune à dunkerque : 20 emprunts en 20 ans, augmentation des impôts, perte de réserves foncières en cédant plus d’un hectare et demi (Zoo plus des terrains annexes). Enfin et surtout, l’opposition que les habitants de Fort-Mardyck ont élus récemment et démocratiquement disparait du nouveau conseil municipal qui lui gèrera directement vos ressources.

Retour à l'accueil