Je vous informais il y a quelques jours des manœuvres du parti socialiste pendant cette campagne. Voilà le deuxième volet de cette politique pour ceux qui tomberait dans le panneau  (Acte I : Panique au Parti Socialiste : les grandes manœuvres commencent !). Des électeurs du canton, ceux de Grande-Synthe pour être précis, m'ont récemment informé qu’ils avaient reçu un courrier de la ville de Grande-Synthe (cachet de la ville) contenant la propagande électorale du candidat sortant PS, M. Ragazzo. Voilà à quoi servent nos impôts, à financer la campagne électorale d’un candidat. C'est choquant ! Chaque candidat doit financer sa campagne avec ses propres fonds ; tout financement ou don d'un personne morale, et encore moins la ville (l'administration doit rester neutre) est illégale. Mais cela n'est pas étonnant quand on sait que le maire de Grande-Synthe a dit qu'il aiderait R. Ragazzo pour sa réélection, ce qui est son droit mais il ne nous a pas dit qu'il le ferait avec l'argent du contribuable !

 

Par ailleurs, des habitants ont reçu des lettres dans lesquelles on leur propose un emploi aidé alors qu'elles n'ont rien demandé et les témoignages en ce sens sont nombreux.

 

Enfin, Delphine Ajuto, conseillère municipale, élue sur la même liste que moi et qui se dit être une élue d'opposition, vient de rejoindre le comité de soutien de R. Ragazzo. C'est vraiment de la politique politicienne. Elle nous parle de ses convictions, qu'elle se présenterait en 2014 contre cette politique des petits copains, qu'aujourd'hui elle soutient. Mais je comprends cette nouvelle volte-face quand on sait que Delphine Ajuto est salariée d'une association para-municipale, la Régie de Quartiers, financée par la ville et dirigée par la colistière de R. Ragazzo. J'ai toujours pensé qu'être salarié d'une association transparente ou para-municipale (emploi indirect de la ville) est incompatible avec le mandat d'élu. C'est pour cela que Mme Ajuto est une adepte de la chaise vide, ne venant que rarement au conseil municipal ou commissions communales. Elle ne peut donc jouer son rôle d'élu librement sinon elle perderait sa place en tant que salariée indirecte de la ville. Donc comment prétendre défendre des valeurs, ou servir l'habitant dans de telles conditions ?

 

Retour à l'accueil