À Grande-Synthe les grandes manœuvres commencent, le grand jeu de dupes continue mais le costume est trop grand pour certains. Décidément à Grande-Synthe on voit tout en grand mais à défaut de l'être ça ne reste qu'une vision qui vous trompe grandement. Le maire vient de nous annoncer la gratuité de la piscine pour les Grand-Synthois pour se faire pardonner de nous avoir fait attendre plus de trois ans et d’avoir dépenser plus de 10 millions d’euros sur ce dossier. Dans le meilleur des mondes, une démission serait déjà sur la table vu la gravité de l’affaire et l’incompétence inexcusable pour une ville qui  dispose de 750 salariés (emplois directs) et un budget qui est proche des 100 millions d’euros. Des études en amont, obligatoires lorsqu’il s’agit d’une réhabilitation, aurait permis d’éviter ces gâchis. Si les Grand-Synthois accueillons avec plaisir cette décision, cela ne fait pas oublier le gâchis car ce ne sont pas 5000 à 10.000€ de recettes sur les entrées de la piscine qui allaient de toute façon payer les 2 millions d'euros de gâchis au frais du contribuable grand-synthois, dunkerquois, nordiste et français en général. C'est prendre les gens pour des imbéciles. La majorité n'est pas en phase avec la population qui subit la rigueur et la crise économique. Tout cet argent leur a fait tourner la tête !

Dans le meilleur des mondes, la piscine Léo Lagrange aurait déjà ouvert ses portes il y a trois ans mais à Grande-Synthe, on connait tellement les dossiers que l’on s'est dit cette fois-ci prenons notre temps au point où l’on n’a pas vu le temps passer. En quatre ans, c'est tout une génération scolaire du CE1 au CM2 qui n'aura pas pu apprendre à nager ça en fait du monde. Sans compter les clubs sportifs pénalisés qui ont vu le nombre de leurs licenciés en chute libre. Les deniers publics et les règles de passation de marchés publics en ont pris un coût également à cause de l'entêtement d'un seul homme qui n'avait pas prévu de faire un diagnostic du bâtiment avant sa réhabilitation comme le prévoit la loi MOP (Maîtrise des Ouvrages Publics). Quatre ans après nous avons largement dépassé le marché initial ce qui signifie que la majorité est incapable d'estimer les besoins de la ville après tant d'années aux affaires. Nous sommes passés de 8 millions d’euros à 10 millions d’euros soit 20% d’augmentation à coût d’avenants au contrat.

 

 Le maître d’œuvre, l’architecte en l’occurrence, a bien voulu limité les dégâts en proposant un bassin en Inox, ce qui aurait réglé le gros problème d’étanchéité. Mais ce n’était pas du goût du roi de la bétonnie qui a la folie des grandeurs. Grande-Synthe devait se doter d’une piscine olympique comme ses sœurs à Dunkerque pour être la base arrière des jeux olympiques de l’été dernier. Eh bien c’est raté à tous les points. Et pourtant, les bassins en Inox sont à la mode aujourd’hui et ont montré leur efficacité. Avec 10 millions d’euros, c’est trois ou quatre piscines qui auraient pu être construite en même temps et en quelques mois ! Comme diraient les Beuvrygeois, à ce prix là nous aurions un bassin en or ! Ils en en savent quelque chose sur les piscines.

 stadtbad-rheydt 01

Retour à l'accueil