marianneIl m’a été difficile de choisir le titre du présent article car à Grande-Synthe, il est difficile de s’exprimer sans qu’on ne stigmatise, caricature ou réduise vos propos. Ma position doit surprendre plus d’un : certains devant se dire comment un enfant issu de l’immigration peut-il être contre le vote des étrangers. Comment un enfant de la diversité, comme on aime appeler cette catégorie de Français, peut-il ne pas suivre le Parti Socialiste ? A chaque question, il y a une réflexion, tout n’est pas blanc ou noir, l’humain c'est la complexité, à cela il faut une réponse globale. En effet, je suis contre le vote des étrangers aux élections locales car c’est une proposition électoraliste que le Parti Socialiste nous resserre à chaque élection présidentielle depuis 1981 et qui aurait pu être concrétisée depuis des décennies puisqu’ils en avaient le pouvoir. Heureusement que cela n’a pas été fait car cela aurait compliqué l’intégration des populations immigrées puisqu’à ce moment-là nombre d’entre eux auraient renoncé à devenir français et partager le destin de notre pays. Le droit de vote c'est ce qui différencie en particulier le national de l’étranger dans tous les pays du monde et non pas qu’en France. La nationalité est liée à la citoyenneté. Par contre, les étrangers peuvent devenir Français s’ils désirent partager notre destin national et ils auront alors le droit de choisir leurs dirigeants.  C'est un choix personnel. Mon père, a toujours refusé de devenir français et il ne vote pas aux élections françaises et cela ne le dérange pas bien qu’il paye des impôts en France. Par contre, il ne rate jamais une élection dans son pays d’origine. Par contre, j’estime que  dans ce domaine on pourrait appliquer le principe de réciprocité. Si un Français peut voter à une élection locale dans un pays étranger, il faudrait que l’étranger ressortissant de ce même pays puisse disposer du même droit en France.

 

L'hypocrisie du Parti Socialiste


Il est hypocrite de dire il faut donner le droit de vote aux étrangers parce qu’ils payent des impôts car ces impôts servent aussi à leur assurer un accès aux services publics, à l’éducation, à la santé, etc. Si on prend en considération cet argument du PS, alors pourquoi n’accorder ce droit de vote qu’aux élections locales puisque les étrangers payent également des impôts au niveau national. Dans ce cas, si l’on suit le raisonnement des socialistes, les étrangers devraient voter aussi aux élections présidentielles et législatives. Une telle mesure ne serait pas bonne pour la cohésion nationale car elle stigmatiserait encore l’étranger qui sera accusé de tous les maux de la société française, des choix des politiques des dirigeants que nous élisons.

 

Cette proposition du droit de vote des étrangers aux élections locales aurait eu un sens dans les années 60, 70 et 80 où il y a eu une immigration massive pour reconstruire la France d’après-guerre. Aujourd’hui leurs enfants sont en grande majorité tous Français et participent à la citoyenneté de notre pays. En ressortant à chaque fois cette proposition, le PS renforce les préjugés de nos concitoyens en leur laissant croire que les Français issus de l’immigration sont des étrangers. Eh bien NON !  Un français d’origine étrangère est un Français à part entière. Cette proposition sert à occulter la contradiction des discours du PS dans sa relation aux minorités de notre pays.

 

François HOLLANDE, déclare en ce sens, que le droit de vote des étrangers aux élections municipales “sera le combat essentiel dans la révision constitutionnelle, car c’est le combat pour la démocratie“. Quelle démocratie quand on sait que le PS n’a jamais promu la diversité. Il n’y a jamais eu de ministre de la diversité sous un gouvernement socialiste. On peut nous dire que Madame Tokia Saifi ou que M. Begag ne servaient à rien mais la symbolique a son importance. Malheureusement cela n’est pas venu du PS. On aurait pu penser que le PS aurait fait son mea culpa mais il n’en a rien été aux législatives puisque la minorité est invisible des bancs de l’assemblée nationale. Alors M. Hollande devrait en faire aussi son « combat pour la démocratie ». Mais au vu des désignations des futurs candidats socialistes aux législatives, je ne crois pas que les choses avancent. Le PS a toujours sa vision paternaliste et colonialiste passée et dépassée car elle fait des français issus de l’immigration et des étrangers des éternels assistés qu’ils exploitent électoralement. Dans leur logiciel électoraliste, ces populations, sans être péjoratif, sont juste un réservoir de voix pour assoir et renforcer les barons locaux socialistes car en  cas de victoire de la gauche au niveau national, beaucoup de villes, conseils généraux et régionaux basculeront à droite car avec le quinquennat, les élections locales joue le rôle de « mid-term » élections comme aux États-Unis (élections de mi-mandat). Ces élections sont souvent perdues par les exécutifs car les décisions à prendre au niveau national ne sont pas toujours populaires et seront encore moins après ces élections présidentielles au vu de la grave crise que nous traversons. Les différents gouvernements européens tombent les uns après les autres, « l’effet domino ». Le PS ne cache pas son désir de capter un électorat communautariste ou plutôt qu’il veut communautariser. Dans son dernier rapport « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? », TERRA NOVA, le think-tank socialiste, indique clairement que le PS ne peut plus s'appuyer sur la classe ouvrière dont les valeurs morales seraient dépassées. Les étrangers et par ricochet les Français issus de l’immigration remplaceraient le vote de la classe ouvrière qui autrefois leur était acquis. A Grande-Synthe, le maire socialiste, Damien Carême, fait le même pari en voulant édifier sa mosquée rouge avant les prochaines municipales alors que pendant plus de trente 30 ans de carémisme ils y ont été toujours opposés. Mais une mosquée ça rapporte des voix. Ils tournent leur veste plus vite que leurs ombres. Souvenez-vous, que Madame Nathalie DESMAZIERES pour le PC, M. Hamid CHERIET pour le MRC(ne pas confondre avec l’adjoint au Maire Ahmed CHERIET, encarté chez les verts - EELV), M. Morgan RAILANE pour le Modem avaient appelé à voter massivement pour Damien CARÊME contre le communautarisme que je représentais à leurs yeux. Ce sont eux les fossoyeurs de la laïcité et des valeurs républicaines. Quand ils créent une association qui ne comprend que des gens de la diversité, mais à leur solde, ce sont de bons Français. Mais dès que la diversité ne rentre pas dans le moule ou montre son indépendance, surtout d’un point de vue électoral, ils sont taxés de communautariste. 

Retour à l'accueil