Monsieur le maire, mesdames et messieurs les élus, mesdames et messieurs, je commencerai mon intervention par une citation d’Henry Kissinger : « Quand on ne sait pas où l’on va, tous les chemins mènent nulle part ». C’est le cas de votre politique en général depuis 2001 et peut être qu’en 2008 on vous a aidé à perdre le cap, qui au lieu de vous amener vers un nouvel horizon, vous a égaré. Se tromper est un petit malheur, mais s'égarer en est un grand. Et dans ce malheur j’ai bien peur que se soit la collectivité qui payent pour vos égarements répétés.

 

A vrai dire lorsque j’ai reçu votre projet de délibérations, je suis tombé des nues, la liste  socialiste, citoyenne et laïque que vous représentez et dirigez nous propose la vente pour la construction d’une mosquée dans des conditions très discutables.

Les Paroles S'en Vont ....Les Écrits Restent! Dans votre propagande de 2008, Mme Desmazières pour le PC, Monsieur CHERIET pour le MRC, Monsieur RAILANE pour le Modem, et M. Bradpitch pour la bêtise avaient fustigé et qualifié l’opposition que nous sommes de populiste et communautariste et je passerai sous silence les autres injures indignes des républicains et démocrates que vous dites être.

Je ne participerai pas au vote de cette délibération pour plusieurs raisons que je vais développer succinctement car il s’agit vraiment d’un passage en force.

 

Je préfère lire mon texte dont une copie sera remise à la presse afin que mes propos sur un dossier sensible comme celui-ci ne soient pas déformé. Car je connais vos méthode ; vous venez au conseil avec des délibérations opaques  mal préparés et si vous vous faites retoqués vous dites alors « c’est la faute à monsieur RIAH » et vos acolytes sont déjà prêts à répandre sur la ville rumeurs auprès de la communauté musulmane en disant « vos avez vu M. Riah il n’est pas bien, le maire veut donner une mosquée mais à cause de lui on aura rien ». Cela a déjà commencé mais les pressions n’y ferreront rien. Il n’y qu’un responsable dans cette assemblée, c’est l’exécutif qui dirige la municipalité, et à sa tête vous-même Monsieur le maire mais aussi les adjoints et les conseillers municipaux délégués. L’opposition ne peut être tenue responsable de vos actions. Ayez le courage d’assumer vos erreurs et vos égarements.

Cette délibération est inopportune à bien des égards.

D’abord la ville n’a aucun intérêt à agir dans le domaine du culte et en l’occurrence il n’y a aucun intérêt général pour voter une délibération puisque des mosquées il y en a dans notre agglomération et dans notre ville.

 

Votre délibération est opaque comme d’habitude et c’est voulu et même revendiquée, un comble. Comme on nous l’a dit en commission vous avez fait exprès de ne pas mentionner le mot « mosquée » ou lieu de culte dans la délib. Il y a donc une volonté réelle de ne pas informer le citoyen et d’occulter le débat. Il y a un double langage. A aucun moment nous dites pourquoi vous vendez le terrain, c’est inacceptable. On a l’impression que vous vendez ce terrain à un particulier et voilà la délib passe inaperçu. Pourtant l’avis des domaines qui représente l’Etat, parle bien d’un projet d’un lieu de culte. Ensuite vous nous dites que le prix fixé par le le service des domaines est de 30€ le m² soit 43.230€ pour 1441m². Pourtant l’avis des domaines, indique que le prix des 1441m² est fixé à 180 000€ HT, soit  environ 125€ le m² et non 30 comme vous le dites dans la délib.

 

Toujours sur la forme, je tiens à vous rappeler monsieur le maire que vous ne vendez pas votre maison ou votre terrain, vous cédez un bien appartenant à la commune et que ce n’est pas vous qui avait compétence pour le faire. Soit la délib a été mal préparée et mal rédigée ou soit il y aune réelle volonté d’occulter la vérité. Vous ne délibérez pas au vu de l’avis des Domaines et sans motiver votre choix.

Sur le fond

 

La demande de construction d’une mosquée est légitime et c’est pour cela que depuis plus de 15 ans je me suis battu pour la reconnaissance de la liberté de culte pour la communauté musulmane nombreuse à Grande-Synthe. Je n’ai donc pas besoin que l’on me fasse la morale aujourd’hui. Et ceux qui s’oppose à moi aujourd’hui sur ce sujet sont ceux là même qui refusait il y a encore quelques années le droit au culte d’une communauté qui a participé à la construction et au développement de notre ville. Vous même monsieur avait réitéré à  plusieurs reprises la position de votre défunt père sur ce sujet à savoir qu’il n’y a jamais eu de mosquée à Grande-Synthe et qu’il n’y en aura jamais comme l’avait déclaré votre ancienne adjointe Mme Françoise Normand le 25/03/2003. Vous-même vous proposiez il y a encore quelques années aux musulmans de leur payer des navettes pour se rendre à Dunkerque pour prier. Vous avez changé de position depuis 2008  et c’est une bonne chose mais on ne peut pas faire n’importe quoi pour des raisons électoralistes. Je le redis je suis pour une mosquée à Grande-Synthe mais en respectant les lois de notre République LAIQUE. Qu’on ne s’étonne pas qu’après le FN récupère vos erreurs parce que vous utilisez le droit de l’urbanisme pour faire de l’obstruction à la liberté de culte inscrite ans la constitution.


  1. Vous passez en force sur ce dossier sans avoir consulté toutes les parties et l’ensemble des représentants du culte à Grande-Synthe. J’ai  rencontré récemment le président de la communauté Turque et il m’a confié qu’il  n’a été consulté sur ce projet et qu’il n’a était pas le seul. Donc si je comprends bien chaque association qui se créera pourra demander un terrain. Côté Anatole France, vous faites quoi ? Il y aura donc deux mosquées ? Le front national dans tout ça vous y avait pensez un peu.
  2. Contrairement à ce qu’on m’a dit en commission à savoir que la ville n’a pas à savoir et ne cherche pas à savoir qui et comment sera financée  la mosquée. Je ne suis pas d’accord avec ce raisonnement. Vous ne pouvez pas laisser-faire les choses dans la clandestinité et dans la plus grande opacité qui soit si vous décidez que la ville intervienne dans ce domaine. C’est la responsabilité de la commune que vous engagez.  C'est toujours la même rengaine à chaque fois,  je vends et après on verra. Quelle conception de la démocratie et de la gestion des affaires communales !
  3. Vous n’avez pas établi de critère de vos sous disant négociation. On ne sait pas combien fera d’étages VOTRE MOSQUEE, a quoi elle ressemblera puisque vous ne donner aucune indication architecturale ? vous ne nous dites pas quelle est la capacité d’accueil de la mosquée 500, 1000 o 2000 personnes ? vous ne nous dite pas quelle sera la place accordée au parking, vous ne nous dites pas si le collège Bonpain  est d’accord pour avoir une telle structure imposante à côté de l’entrée de son école primaire.
  4. Le choix du site n’est pas judicieux, à moins d’un kilomètre de la Grande Mosquée de Dunkerque, mosquée d’agglomération.
  5. Il y a un détournement du pouvoir et un gros risque de délit de discrimination inacceptable de la part d’un maire qui de surcroit dans son programme a dit lutter contre les discriminations. En effet, vous avez refusé un permis sans l’instruire ce qui est une première en France. Et surtout vous vous êtes tiré une balle dans le pied pour reprendre l’expression de Bradpitch puisque vous estimer que sur la zone où se trouve la rue Anatole France il ne peut y avoir de lieu de culte, ce qui est faux. Mais le problème c’est que le PLU est rédigé de la même manière dans la zone de la rue Allende ou vous voulez construire votre mosquée. instruction. Il y a donc non seulement une mauvaise interprétation du droit, mais un détournement de pouvoir pour faire obstruction au droit au culte des musulmans et pire une discrimination. Ou bien vous vous moquez de nos concitoyens de confessions musulmans en vendant un terrain sur lequel ils ne pourront construire un lieu de culte.

 

Je le réitère je ne m’oppose à un lieu de culte et je vous fais une proposition encore une fois pour trouver le bon cap. D’abord si la ville vend un terrain à une association cultuelle il faut un engagement que la future mosquée appartienne à tous les musulmans sinon vous aurez comme beaucoup de ville en France deux ou trois mosquées l’une à côté de l’autre. Il faut donc créer une structure associative qui regroupent toutes les sensibilités locales ce qui n’est pas le cas actuellement et que cela soit inscrit dans les statuts. Car vous ne nous dites pas en vertu de quoi vous négociez qu’avec la CJEV. Est-ce parce que la moitié des membres du bureau sont affiliés au parti socialiste et sont en partie membre du personnel communal ? Si c’est le cas vous n’êtes pas crédible dans votre démarche. Est-que tout le monde peut créer une association et venir négocier avec la ville. Ensuite, il faut des garanties de démocratie, de transparence financière car ce sont des milliers d’euros qui y transitent souvent en liquide. Souvent les musulmans se plaignent de ne pas savoir où va l’argent. Il faut que cette nouvelle association ne soit affiliée à aucune fédération nationale pour éviter l’ingérence des pays étrangers ce qui n’est pas le cas actuellement.


Votre démarche ce soir est anti-démocratique, illégale et dangereuse vue la composition sociale de la ville. Il faut bien se rendre compte des conséquences de vos décisions. Votre action conforte la position du Front national qui s’est déjà saisit du sujet lors des dernières cantonales. Elle stigmatisera encore plus la communauté musulmane et alimentera l’islamophobie. Alors que les Français de confession n’aspirent qu’à une seule chose vivre leur religion tranquillement dan le respect des lois de notre pays. Là vous leur demandez de se mettre dans l’illégalité et après c’est eux qui trinqueront encore une fois et qu’on accusera de bafouer la laïcité et de ne pas respecter les lois du pays. Un sujet comme celui-ci méritait d’être traité dans la transparence, la sérénité et le consensus. C’est Travail d’amateur indigne d’un maire, qui a sa disposition 750 fonctionnaires, un service juridique, un service d’urbanisme et un budget de 100 millions d’euros.

 

Pour toutes ces raisons, je lance un appel aux élus membre de l’assemblée délibérante qui croient en la République, à ses valeurs et sa devise à faire marche arrière  Car on ne peut se retrancher derrière le maire, le conseil municipal c’est 35 personnes, chacun est responsable de son vote. Vous siégez dans cette assemblée pas en tant que représentant de M. CAREME mais au nom du peuple. Dans le cas contraire, j’agirais en conséquence en demandant au préfet de région de déférer cette décision devant la ou les juridictions compétentes.

 

Voilà, j’assume mes convictions, ayez le courage d’assumer les vôtres.

 

Retour à l'accueil